De moins en moins de logiciels piratés en France - 16 mai 2007 - 11:10 (Par Etienne Jean de la Perle) :

De moins en moins de logiciels piratés en France
De moins en moins de logiciels piratés en France

Les logiciels sont de moins en moins piratés en France. Néanmoins, avec un taux de piratage de 45% pour l'année 2006, la France reste toujours au-dessus de la moyenne de l'Union Européenne avec 36%, ou encore de la moyenne mondiale avec 35%. Le manque à gagner dû au piratage de logiciels dans l’Union Européenne (UE) a reculé de 1 milliard de dollars en 2006, la France repésentant la moitié de ce gain.

Pour BSA, c'est l’harmonisation des législations au sein de l'UE et l’amélioration de la répression donnent un coup d’arrêt à l’évolution du taux de piratage de logiciels. En revanche, la nouvelle directive pénale votée par le Parlement Européen pourrait représenter un pas en arrière et transformer l’Union Européenne en véritable « sanctuaire » du piratage sur Internet, avertit Business Software Alliance (BSA).

En revanche , avec la généralisation du haut débit dans les pays développés, Internet devient le canal de distribution prédominant pour les logiciels piratés. Dans les pays en développement, si l’on préfère aujourd’hui encore les CD contrefaits, une fois que ces marchés seront mieux équipés, il est probable que le canal Internet gagnera là aussi en puissance.

La nouvelle étude de Business Software Alliance (BSA) sur le piratage de logiciels dans le monde montre que le taux de piratage s’est maintenu à 36 % au sein de l’Union Européenne (UE). En revanche, le préjudice dû aux logiciels piratés et installés sur PC a diminué de 1 milliard de dollars (soit environ 750 millions d’euros), tout en restant à un niveau élevé, évalué à 11 milliards de dollars (soit environ 8,25 milliards d’euros).

Le taux de piratage de logiciels en France redescend de 47 % à 45 %, mais demeure cependant nettement supérieur à la moyenne de l'UE. La baisse estimée du préjudice dû aux logiciels illégalement installés sur PC a diminué de 515 millions de dollars en France, estime cette étude. « Malgré les progrès constatés dans la région, il reste beaucoup à faire pour remédier à ce problème qui reste significatif et dont l’ampleur s’accroît », déclare Robert Holleyman, Président de BSA. « Pouvoirs publics, organisations professionnelles et entreprises doivent continuer à lutter résolument contre le piratage de logiciels pour réduire ses conséquences financières, qui pèsent sur l’économie et le secteur local des TIC ».

Le taux de piratage qui était encore de 37 % en 2003, recule en Europe et cela malgré l’élargissement de l’Union Européenne à 25 pays depuis 2004. Ce résultat positif est le reflet de la lutte contre le piratage qui y est menée. En grande partie harmonisée, la législation européenne a eu un effet positif sur l’action répressive, ce qui a contribué à stabiliser le taux de piratage depuis 2005. En France, ce taux qui avait progressé de 2 points en 2005 est revenu à son niveau antérieur.

Le préjudice reste néanmoins significatif et le piratage de logiciels demeure une grave menace aussi bien pour les jeunes pousses que pour les entreprises établies sur les marchés locaux et nationaux des TIC de l’Union Européenne. Pour endiguer et éliminer le risque de piratage, surtout en ce qui concerne la diffusion des logiciels illicites par Internet, l’existence d’une législation efficace protégeant les entreprises et les économies locales reste un élément capital.

BSA estime aussi qu’à cet égard, les effets possibles de la directive sur le droit pénal récemment votée par le Parlement européen sont un sujet de préoccupation pour l’avenir. En effet, cette directive a pour but d’harmoniser au sein de l’Union Européenne les mesures pénales visant à assurer le respect des droits de propriété intellectuelle. Certaines de ses définitions pourraient permettre à des individus de placer sur internet des logiciels téléchargeables par des tiers dans la mesure où ils n’en tirent pas de profit commercial. Cela fait écho à la situation juridique actuelle de pays comme la Chine, où les entreprises constatent qu’il est très difficile de protéger leur propriété intellectuelle, même si le taux de piratage a reculé de 10 points en trois ans dans ce pays.

Pour Francisco Mingorance, Directeur des Affaires Publiques de BSA Europe, « En introduisant un critère de "recherche de profit", le Parlement Européen a émis un signal politique fort qui va à l’encontre des efforts accomplis par les gouvernements européens pour améliorer l’accès au marché dans les pays émergents. Cette nouvelle directive pourrait ainsi protéger les groupes de "diffusion" par Internet qui se placent au sommet de la piraterie digitale et numérique et qui pratiquent le piratage en ligne pour le goût du risque et par désir de notoriété plutôt que par profit économique. Hélas ! Leurs agissements ont quand même des conséquences financières importantes pour l’industrie du logiciel et facilitent aussi la diffusion des virus et autres formes de code nuisible ».

IDC constate que, du fait de la généralisation du haut débit dans les pays développés, Internet devient le canal de distribution prédominant pour les logiciels illicites. Dans les pays émergents, on préfère aujourd’hui encore les CD contrefaits, mais une fois ces marchés mieux équipés, il est probable que le canal Internet gagnera du terrain.

L’étude montre aussi que si l’Europe occidentale génère encore les manques à gagner les plus importants de la région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique), le marché des TIC progresse plus de deux fois plus vite en Europe centrale et orientale, ce qui implique que les préjudices demeurent élevés dans l’Union Européenne. Les taux de piratage reculent d’un point en Europe centrale et orientale, où ils s’établissent à 68 %, mais comme la croissance économique y est plus rapide, le manque à gagner augmente de 862 millions de dollars et atteint 4,1 milliards de dollars. IDC estime aussi que plus de 350 milliards de dollars seront dépensés en logiciels pour micro-ordinateurs au cours des quatre prochaines années. Étant donné la croissance actuelle du marché et les niveaux de piratage, la valeur des logiciels piratés devrait dépasser les 180 milliards de dollars.

L’étude BSA-IDC sur le piratage de logiciels dans le monde couvre le piratage de tous les logiciels fonctionnant sur micro-ordinateurs, qu’il s’agisse de machines de bureau ou de portables. Elle ne couvre pas les autres types de logiciels tels que les logiciels pour serveurs ou grands systèmes. IDC a utilisé ses statistiques exclusives sur les livraisons de logiciels et de machines et a fait appel à ses analystes répartis dans cinquante pays pour confirmer les tendances du piratage de logiciels.

Ces constats sont tirés de la quatrième étude sur le piratage de logiciels dans le monde (Global Software Piracy Study), conduite de manière indépendante par IDC, l’une des principales sociétés d’analyses et d’études de marché dans le domaine des technologies de l’information. La Business Software Alliance (BSA) est un organisme créé en 1988 par les éditeurs de logiciels pour lutter contre le piratage de leurs logiciels. L'étude a été réalisée par le cabinet IDC auprès d'un panel international d'entreprises.

Retrouvez toutes les actualités de l'Internet, de l'informatique, des sciences du jour

Lire aussi les actualités suivantes sur ce sujet :

  • Pas d'article sur ce sujet

Pensez aussi à vous référencer sur le réseau d'annuaires ENVEA

 


Mentions légales | Nous contacter | Qui sommes-nous ? |  Flux RSS
Chiffres-clé | Environnement Webmasters | Recommander ce site
Nos Partenaires | Liens divers sur Internet | Jeux vidéos


  Communiqués de presse Vous souhaitez nous communiquer vos actualités, nouveaux produits, manifestations,..., en matière d’informatique, de matériels high-tech, d'avancées scientifiques, …, envoyez-nous vos communiqués de presse.

Publicité


Nos flux RSS Vous souhaitez intégrer nos flux sur votre site Internet pour apporter des actualités à vos visiteurs, alors n'hésitez plus...

Tous nos flux RSS ici !


Découvrez les principaux sites du Portail-environnement











Et bien plus encore...Portail-Environnement




© RecyConsult / 2010 - Enregistré à la CNIL n°893989
  recyconsult.png, 2 kB Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites sur cette page (contenus, photos, logos,...) sont soumises à des droits de propriété intellectuelle détenus par RECYCONSULT. Aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée sans l'accord de RECYCONSULT. A visiter : un appartement au coeur de la nature avec Location vacances à Sète pour des vacances et de l'environnement. A voir aussi le site Portail des Associations, le site gratuit pour la création des sites Internet des associations françaises !
Les sites du réseau
Portail-environnement.com
Actualités
Agenda
Annuaires
Bourse
Boutique
Dictionnaire
Données
Dossiers tech.
Emploi / Stage
Enfants
Formations
Forum
Librairie
Management SME
Management SMI
Management SMSST
Réglementation
Vidéos
recherche